Et puis parfois il me prend l’idée de raconter tout ce qu’un écorché a pu subir pour accéder à cette place enviée de maître de la sanguinolence pure. Décidé anciennement à devenir quelque chose en ce monde de culture classique, il avait acheté au prix de sa peau un destin d’éclairagiste inconscient, pour montrer que même les plus cureteux pouvaient décider de leur sort. Alors qu’il avait installé depuis plusieurs mois déjà tous ses parterres luminescents, et qu’il n’essayait même plus de faire croire au but commercial de son activité, une flamme amère avait envahi l’arrière de son crâne, y dévoilant une cavité rongeuse. De ce jour il avait décidé que le temps avant la disparition totale de son âme devait être occupé à la meilleure des mises en situation de la dernière destinée de son cycle de réincarnations. Tout grand artiste est une âme qui vit sa dernière vie, et a besoin de finir sur un coup d’éclat. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il ne s’agissait pas encore de sa dernière existence, il parut alors tout le temps ridiculement entreprenant, outrancier et prétentieux, et jamais son âme ne trouva le chemin vers le piédestal…On dit que le luminaire n’avait pas trouvé la lumière…mais on se trompait, il avait créé tellement de désillusions avec ses occasions manquées, qu’il apparaissait aux yeux de beaucoup comme un parangon d’exemplarité, pour toutes ces âmes sans destin…Echec sublime, erreur métaphysique…Métaphy que tout ça finira mal.